Vase canope à tête humaine

Égypte > Provenance inconnue.

Moyen Empire ou Nouvel Empire

[voir chronologie].

Albâtre (vase) et terre cuite polychrome (bouchon).

H. totale : 30,4 CM ; Vase : H. 23,8 CM ; D. col : 10,9 CM ; D. ouverture : 8,5 CM ; D. max. 14,5 CM ; Bouchon : H. 8,9 CM : D. tenon : 7 CM ; D. max. 11,6 CM

Co. 952

Commentaire

Etat de conservation

Des cassures marquent l’encolure du vase et la bordure extérieure du bouchon.

Des fentes de cuisson se sont développées à l’intérieur de l’évidement du bouchon. Les couches picturales du couvercle sont assez lacunaires, mais leur adhérence est correcte. Le nez est arasé. Quelques légères épaufrures sur l’œil gauche, la joue droite et le menton. L’oreille gauche présente deux petites fissures.

 

Des traces vertes, sur la panse et l’encolure du vase, correspondent à un contact avec des objets métalliques (cuivre ou bronze). Des traces vertes sont également visibles à l’intérieur. L’épiderme est altéré et piqueté par endroits, notamment en bas du vase et près du col.

Description

Le vase est en albâtre de couleur jaune pâle, relativement homogène et semi-translucide.

Il est ovoïde, avec une ouverture plate. Sa partie inférieure est arrondie, seul un petit plat à sa base lui permet de tenir verticalement. Aucun contenu ni trace de couleur ne sont visibles.

 

Le bouchon, en terre cuite ocre rose, est très sommairement façonné. Seul le modelé du visage est délicat.

Un décochement forme un tenon à la base du bouchon, permettant ainsi son emboîtement sur le vase. Cet emboîtement est sommaire.

 

Le dessus du bouchon est entièrement polychromé. Il représente une tête humaine portant une perruque noire évasée, lisse et enveloppante (le cou n’est pas visible), mais qui laisse les oreilles découvertes. L’extrémité de la perruque forme une ligne droite sur le front au-dessus des sourcils. Les carnations (visage et oreilles) sont ocre jaune. Le visage est ovale, avec des joues pleines et un menton rond. Les yeux sont en très léger relief, avec les contours et les iris soulignés de noir. Les contours des yeux s’étirent vers les tempes. Les sourcils, également dessinés en noir, suivent la courbe supérieure des yeux. Le nez est plutôt large à la racine comme à la base. La bouche présente des lèvres droites, la lèvre inférieure étant plus petite que la supérieure. Les oreilles sont larges et décollées. Le pavillon extérieur est indiqué.

 

Outre le choix de matériaux différents pour le vase et le bouchon (ce qui n’était pas rare), l’originalité de ce vase canope réside dans la forme ovale du vase, qui rappelle une goutte (le diamètre maximal étant situé environ aux deux-tiers inférieurs).

D’autres vases canopes en albâtre présentent cette particularité, comme un ensemble conservé au Musée égyptien de Florence, daté du Nouvel Empire (SAT 2199 et SAT 2200). Les bouchons sont en bois peint. On remarque que les vases de cet ensemble n’ont sensiblement pas tous la même forme.

 

Des bouchons en céramique peinte peuvent être trouvés sur des vases canopes du Moyen Empire à la Basse Époque, néanmoins le style de Co. 952 nous fait davantage penser à une datation du Moyen ou du Nouvel Empire : Musées Royaux des Arts et d’Histoire de Bruxelles E. 4352, daté du Moyen Empire ; Musée des Beaux-Arts de Boston 72.1579, daté du Nouvel Empire (deuxième en partant de la gauche).

 

Le bouchon de Co. 952 représente probablement Amset (ou Imsety), le génie funéraire anthropomorphe chargé de la protection du foie du mort.

Inscription

Anépigraphe.

Historique

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

Boreux 1913 : Meudon, pavillon de l'Alma, vitrine 17, 476 Canope anépigraphe en albâtre. Le couvercle est formé par une tête humaine en terre cuite. Haut. 32 cent. Estimé cinquante francs.

 

Donation Rodin à l'Etat français en 1916.

Commentaire historique

Le vase était exposé dans uen vitrine du pavillon de l'Alma à Meudon en 1913.

< Retour à la collection