Vase canope avec bouchon à tête de faucon au nom du prêtre Menkhéper, fils du vizir Djéhoutymès

Égypte > Saqqara ?

Nouvel Empire (ca XIXe dynastie) ou époques tardives

[voir chronologie].

Albâtre (vase et bouchon) avec restes de polychromie.

H. totale : 41,8 CM ; Vase : H. 33,7 CM ; D. ouverture : 10,5 CM ; D. max. 20,2 CM ; D. base : 14,1 CM ; P. 31 CM ; Couvercle : H. 10,2 CM ; D. max. 12,6 CM ; D. tenon : 10,1 CM ;  P. 10,1 CM.

Co. 5899

Commentaire

Etat de conservation

Le matériau est sain, sauf en quelques endroits, plus spécialement localisés autour du col, où les grains de la pierre ont tendance à se désolidariser. De petits interstices sont également visibles sur l’ensemble de la surface du vase. Cette altération, caractéristique de l’albâtre, résulte de la présence dans la pierre de minéraux plus solubles que la calcite. Ce phénomène est également visible sur le bouchon. En revanche, il n’y a pas de décohésion des grains de la pierre.

 

Quelques éclats parsèment la panse du vase. Certains sont localisés sur le trajet de veines, où une faiblesse du matériau favorisait l’éclatement de la pierre : ils sont peu étendus mais assez profonds. D’autres, en dehors des veines, sont plus étendus et moins profonds. Le vase n’est pas stable étant donné les manques au niveau de la base. Il est particulièrement intéressant de remarquer que, sur le bouchon, le sommet de la tête du faucon est légèrement usé. En effet, cette partie était la plus exposée aux frottements lors de la préhension de l’objet. Le bout du bec est cassé et un éclat est visible au niveau de l’arcade sourcilière à gauche. Quelques épaufrures marquent la base.

 

Le canope a séjourné dans le sol : un limon pulvérulent, de couleur ocre jaune, s’est fixé sur les plus larges cassures.

 

La polychromie, bien que lacunaire, adhère bien à l’albâtre.

Description

Le vase est en albâtre calcaire présentant de nombreuses veines rose-orangé placées verticalement sur la panse. Ces veines ont gêné par endroit la gravure des hiéroglyphes du texte. Le bouchon est en albâtre calcaire blanc crème, relativement homogène. Les surfaces sont polies, excepté le revers du vase et du bouchon.

 

Le vase présente une épaule ronde et haut placée, ainsi que des parois relativement droites qui se rétrécissent vers la base. L’ouverture est plate, non marquée. Aucun contenu.

 

Sur la panse sont gravées trois colonnes de hiéroglyphes, légèrement décalées par rapport à la verticale. L’intérieur des signes était à l’origine incrusté de bleu. Les colonnes sont séparées par des traits verticaux incisés et peints en rouge. L’ensemble mesure 23,9 cm de haut et 8,5-7,2 cm de large. L’inscription donne le nom du défunt, le prêtre Menkhéper, la déesse Nephtys et le génie funéraire à tête de chacal Douamoutef.

 

Le bouchon est en forme de tête de faucon, reconnaissable à son bec crochu. Les détails du visage tels que les paupières, les yeux et le bec sont indiqués en fort relief. Il porte une perruque lisse dont le contour forme une ligne sur le sommet et les côtés de la tête.

 

Le vase et le bouchon s’emboîtent correctement. Le matériau et la facture similaires des deux éléments permettent de supposer qu’ils ont pu être associés. Il n’est cependant pas possible d’affirmer avec certitude que le bouchon appartienne au vase, étant donné que les textes gravés sur la panse ne se rapportent pas au génie à tête de faucon sculpté sur le bouchon.

 

L’inscription se rapproche du type IXa de Sethe (SETHE 1934, p. 6) daté de la XIXe dynastie. On remarque que le nom de la déesse Nephtys est associé au génie à tête de chacal Douamoutef alors qu’elle fait généralement paire avec Hâpy, le génie à tête de babouin chargé de protéger les poumons du défunt. Des erreurs dans l’inscription ou dans l’attribution des têtes étaient courantes dans l’Antiquité. Le nom Menkhéper est connu par de multiples attestations au Nouvel Empire (RANKE 1935, p. 150).

 

Un vase similaire au canope Co. 5898, tant du point de vue de la forme que de l’inscription, est conservé à Bruxelles (MRAH E. 5894). Il est daté de la XIXe dynastie. L’inscription est au nom du « chef des archers et chef de la cavalerie du Seigneur du Double Pays » Pahérypedjet et du génie Amset (à tête humaine).

 

Le bouchon à tête de faucon représente le génie funéraire Qébehsénouf, protecteur des intestins du défunt. Le style du bouchon de Co. 5899 est bien attesté à la XXVIe dynastie, également appelée époque saïte (cf. REISER-HASLAUER II 1989, p. 125-9). Voir par exemple ce bouchon à tête de faucon du Kunsthistorisches Museum de Vienne (ÄS 9095).

Un autre exemplaire similaire à Co. 5899 est le bouchon du vase AAL 2b conservé à Leyde, appartenant à Horwedja (deuxième à partir de la gauche sur la photographie).

Œuvres associées

Co. 5898, vase canope avec couvercle à tête de chacal, inscrit au nom de Menkhéper, de la déesse Neith et du génie à tête humaine Amset. Les vases Co. 5898 et Co. 5899 semblent issus de la même série, étant donné que le matériau, la facture et le style des deux pièces sont similaires.

Inscription

Le texte est disposé en trois colonnes qui se lisent de droite à gauche.

 

Traduction fournie par Dominique Farout (2015).

Historique

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

Boreux 1913 : Meudon, pavillon de l'Alma, vitrine 17, 473 Canope à tête de faucon (le bec de l'oiseau est cassé) portant le nom du prophète […] Albâtre. Haut. 41 cent. Estimé quatre vingt francs.

 

Donation Rodin à l'Etat français en 1916.

Commentaire historique

Le vase était exposé dans une vitrine du pavillon de l'Alma à Meudon en 1913.

< Retour à la collection