Bouchon de vase canope à tête humaine

Égypte > Provenance inconnue.

Nouvel Empire, XVIIIe dynastie probablement

[voir chronologie].

Albâtre.

H. 13,8 CM ; D. max. 13,6 CM ; D. feuillure : 10,1 CM ; P. 13,9 CM 

Co. 5990

 

 

 

Commentaire

Etat de conservation

Très bon. Les arêtes et les parties saillantes sont marquées d’épaufrures. Ainsi, l’extrémité du nez est manquante. Un éclat est visible sur la joue gauche.

Description

Bouchon de vase canope en forme de tête humaine, sculpté dans un seul bloc d’albâtre blanc crème, avec deux fines veines de couleur orange et blanc qui font le tour de la sculpture et viennent souligner le bas des yeux et le visage. La taille est de très belle qualité. Toute la surface est soigneusement polie. Aucune trace de polychromie n’est observée.

 

La tête porte une perruque enveloppante qui laisse les oreilles dégagées mais couvre le cou. Elle est lisse et uniforme. Son extrémité forme une ligne sur le front, juste au-dessus des sourcils. Les larges oreilles semblent être légèrement érodées, néanmoins on devine toujours les contours du pavillon extérieur et les lobes. Le visage, de forme presque carrée, est relativement large. Les yeux sont rendus en relief, de même que les sourcils et le trait de fard qui prolonge le regard. Le nez, triangulaire, est plutôt large. Les narines ne sont pas représentées. La bouche aux lèvres pulpeuses est droite. Le menton, arrondi, est légèrement en avant.

 

Un décochement de 2,4 cm de hauteur forme un tenon permettant l’emboîtement du bouchon sur un vase.

 

Seul le bouchon du vase canope est conservé. Il représente un génie à tête d’homme, peut-être Amset (ou Imsety), le protecteur du foie du mort. Le style et la qualité de la sculpture semblent indiquer une datation du Nouvel Empire pour cet objet.

Voici des exemples provenant d’autres collections : British Museum EA 34198, (également en albâtre, provenance inconnue) et Londres, Petrie Museum UC 16053 (albâtre, provenance inconnue), cf. RAISMAN 1984, p. 13 n° 8 ; pl. 3.

Les exemplaires les plus proches de Co. 5990 sur le plan stylistique sont datés de la XVIIIe dynastie grâce à l’inscription sur la panse du vase, comme les vases canopes de Sémentaoui et d’Aménémopé aux Musées Royaux des Arts et d’Histoire de Bruxelles (ancienne collection É. de Meester de Ravestein) : E. 5896 et E. 5900.

 

Co. 5990 faisait peut-être partie d’un ensemble de quatre vases canopes dont les bouchons représentaient une tête d’homme (Amset), de babouin (Hâpy), de chacal (Douamoutef) et de faucon (Qébéhsenouf). Il est néanmoins possible que dans le même ensemble les quatre bouchons aient tous forme humaine, comme on peut le constater sur les vases canopes de Djéhouty, provenant de la nécropole de Saqqara et datés de Thoutmosis III (Musée égyptien de Florence, SAT 2222-5).

Inscription

Anépigraphe.

Historique

 

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.


Boreux 1913 : Meudon, pavillon de l'Alma, vitrine 19, 500 Tête de canope (tête humaine) en albâtre. Haut. 14 cent. Estimée trente francs. 

 

Donation de Rodin à l'Etat français en 1916.

Commentaire historique

En 1913, le couvercle était exposé dans une vitrine du pavillon de l'Alma à Meudon.

< Retour à la collection