Vase canope avec bouchon à tête de singe au nom du général Psammétique, fils de Tadibastet

Égypte > Provenance inconnue.

Basse Époque, XXVIe dynastie probablement

[voir chronologie].

Albâtre.

H. totale : 33 CM  ; Couvercle : H. 9 CM ; D. max. 10,4 CM ; D. tenon : 7,9 CM ; Vase : H. 25,3 CM ; D. ouverture : 8,5 CM ; D. max. 15 CM ; D. base : 10,1 CM ; P. 20,5 CM

Co. 3079

Commentaire

Etat de conservation

Des épaufrures parsèment la base du vase et du bouchon. Un éclat plus important marque l’albâtre près de l’ouverture. La surface de la pierre, sur le vase, est piquetée.

En raison des manques sous la base, le vase ne tient pas correctement debout.

Description

Le vase et le bouchon sont en albâtre jaune miel rubané de blanc. Les veines blanches sont horizontales sur le pourtour du vase et verticales sur la face du singe. Un ruban blanc orne l’ouverture du vase. La surface de l’albâtre est polie, excepté à l’intérieur du vase. Aucune trace de couleur n’est observée.

Le vase est de forme ovale, à paroi courbe et épaule non marquée. La base est plate. L’ouverture, légèrement marquée, est arrondie. Aucun contenu.

 

Quatre colonnes de hiéroglyphes sont gravées sur la panse. Elles sont encadrées et séparées par des lignes verticales. Les signes se lisent de droite à gauche. Cette inscription donne la formule de protection des canopes et mentionne le défunt, le général Psammétique, fils de Tadibastet, associé à la déesse Neith et au génie Douamoutef.

 

Le bouchon, sommairement taillé, représente une tête de singe cynocéphale, reconnaissable à sa tête large et son museau allongé. Les sourcils, les contours des yeux et l’arête sur le dessus du museau sont indiqués. Au-dessous du bouchon, un décochement forme un tenon permettant son emboîtement sur le vase.

 

Le vase et le bouchon s’emboîtent correctement, mais un jeu important est néanmoins perceptible. Le matériau et la facture similaires des deux éléments permettent de supposer qu’ils ont pu être associés. Il n’est cependant pas possible d’affirmer avec certitude que le bouchon appartienne au vase, étant donné que la tête de singe est généralement associée dans l’inscription à la déesse Nephtys et au génie Hâpy. En conséquence, il est possible que le bouchon de Co. 3079 appartienne au vase Co. 3080, qui mentionne ces divinités. Néanmoins, des erreurs d’attribution des têtes sont attestées dès l’Antiquité.

 

L’inscription suit le type XIXc de Sethe (SETHE 1934, p. 12), daté de la XXVIe dynastie (période saïte) et plus tard. Le nom Psammétique est fréquent à cette époque (cf. RANKE 1935, p. 136, 8), il fut d’ailleurs porté par trois pharaons de cette dynastie. Quant au nom féminin Tadibastet (« Celle que Bastet a donnée »), il apparaît également à la Basse Époque (RANKE 1935, p. 373, 3) et il a été porté par plusieurs reines.

 

Dans la fiche du musée National de Varsovie, où ce canope a été conservé de 1960 à 2004, Pawlicki Franciszek suppose que ce vase « fai[sait] jadis partie de la collection Sabattier ». Le catalogue de vente de la collection Raymond Sabatier (LEGRAIN 1890, p. 30) mentionne deux canopes dont la brève description correspond aux canopes Co. 3079 et Co. 3080 : « 131-132 – Canopes au nom du chef de troupes Psammetik, fils de Ta-ti-bast. Vases de Tiaumaut-f et d’Hapi. » Les inscriptions de ces vases, qui correspondent elles aussi parfaitement avec celles des canopes Co. 3079 et Co. 3080, ont été publiées par G. Legrain (LEGRAIN 1892, p. 66, nos 131-132). L’attribution de ces références aux vases Co. 3079 et Co. 3080 semble donc plus que probable.

 

De nombreux parallèles au vase Co. 3079 existent, comme le vase canope d’Ânkhounnéfer conservé aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (E. 5891), ainsi que celui d’Ânkhnéferibrê, dans la même collection (E. 5896). Ils ont en commun avec Co. 3079 la forme allongée du vase et l’aspect émoussé de la tête de singe, dont seuls les yeux sont détaillés.

Un ensemble de quatre canopes avec bouchons et inscrits au nom de Psammétique sont au musée du Caire (REISNER 1967, p. 88-92 et pl. XVIII, CG 4126-9).

La collection du musée Rodin comporte un vase semblable au canope Co. 3079, le vase Co. 5894. Il est anépigraphe.

Œuvres associées

Co. 3080, vase canope sans bouchon dont la panse est inscrite au nom du général Psammétique, fils de Tadibastet, associé à la déesse Nephtys et au génie Hâpy. Les vases Co. 3079 et Co. 3080 faisaient très probablement partie du même ensemble, destiné à la tombe du général Psammétique.

Inscription

Les hiéroglyphes composant le texte sont disposés en quatre colonnes, le sens de lecture s’effectuant de droite à gauche.

Traduction fournie par Dominique Farout (2015).

Historique

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

Boreux 1913 : Meudon, Objets non en vitrine, salle des antiques, 548 Idem à tête de cynocéphale au nom du même personnage. Haut. 32 cent. Estimé cent francs.

 

Donation Rodin à l'Etat français en 1916.
 

Commentaire historique

Le vase canope était exposé en 1913 dans le musée des antiques à Meudon.

 

Il fut déposé au musée du Louvre dans un ensemble d'oeuvres égyptiennes et assyriennes en 1933-1934 et figure sur la liste de dépôt : "12 ou 13 - Petit canope en albâtre, à tête de chacal, au nom du général Psammétique. Epoque saïte. Haut. 0m36 (Inventaire des monuments égyptiens transmis par le musée Rodin au département des antiquités égyptiennes (musée du Louvre), archives musée Rodin). 

 

Le vase fut inventorié par le Louvre sous le numéro E. 1555 puis déposé par le musée du Louvre au musée de Varsovie de 1960 à juillet 2004 (l'inscription sur le vase AF 6327 correspond au numéro de dépôt du canope par le Louvre à Varsovie, 143301 MN est le numéro d’inventaire donné par le Musée National de Varsovie à ce canope confié en dépôt).

 

< Retour à la collection