Anubis

sous sa forme de canidé couché

Egypte > Provenance inconnue

Les derniers temps > Troisième Période Intermédiaire ou Epoque tardive

[voir chronologie]

Bois polychrome

H. 14,5 CM : L. 7,2 CM : P. : 30,5 CM


Co. 2442

Commentaire

Etat de conservation

Des éclats de bois sont manquants sur les oreilles et autour de l'assemblage du museau. La queue et la patte postérieure gauche sont manquantes.
L'assemblage de la tête est défectueux.
Des moisissures se sont anciennement développées sur la statuette (visibles à l'arrière du cou). Elles ne sont plus actives, mais laissent apparaître des dépôts.
La trace d'une ancienne attaque d'insectes xylophages est observée autour du départ de la queue.
La couche picturale est altérée. Très lacunaire, elle s'écaille et présente de nombreux soulèvements. Les écailles sont épaisses et incurvées. Cette déformation est irréversible.
La statuette est encrassée.

Description

Cette statuette en bois représente un canidé couché.
Elle est constituée d'une pièce principale, le corps, à laquelle sont rattachés la tête et le museau, ainsi que la queue, aujourd'hui disparue.  La patte postérieure gauche est cassée, tout comme le bout des oreilles.

 

Le bois est enduit d'une couche préparatoire ocre jaune, chargé de grains, lui-même recouvert de ce qui reste d'une couche noire, bitumineuse, dont l'épaisseur est encore visible à deux endroits sous le ventre de l'animal.

 

L'allure générale est fine et élégante : les pattes antérieures étendues, la tête et les oreilles dressées, les pattes postérieures repliées, conférant au canidé une allure alerte.
Le modelé de la tête est délicat bien que peu détaillé ; l'essentiel des détails devaient initialement être peints. Le modelé du reste du corps est plus détaillé : la musculature des pattes et les replis de la peau ainsi que les griffes incisées sont bien représentées.

 

Il s'agit là d'une représentation d'Anubis sous sa forme de canidé, "parangon de la momification" (YOYOTTE, VERNUS 2005,p. 124), gardien du défunt, garantissant sa survie du défunt dans l'au-delà.
Cet exemplaire est assez proche stylistiquement de celui conservé à Grenoble (KUENY, YOYOTTE 1979, n°37 p. 56). Ces statuettes, datant pour la grande majorité de la Basse Epoque voire de la fin de la Troisième Période Intermédiaire (2002 Reflets du divin, n°79 p. 95 ; 1983 A divine tour of ancient egypt, n°64 p. 85), étaient généralement fixées sur des coffres ou des sarcophages de canidés, bien qu'on en rencontre aussi surmontant des sarcophages de dignitaires, comme on peut le voir sur le sarcophage de Nesmoutnaatnerou au Museum of Fine Arts à Boston  ou encore sur celui de Tabakenkhonsou au Metropolitan Museum de New York.
 

Historique

 

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

Donation Rodin à l'État français 1916.

< Retour à la collection