Modèle de sculpteur

Buste de déesse lionne

Égypte > Provenance inconnue.

Époque tardive (ou Basse Époque)- Époque hellénistique (IVe – IIIe siècle avant J.-C.)

[voir chronologie]

Terre cuite (relief) ; pierre et marbre (socle).

H. avec socle : 19 CM ; l. avec socle : 12,7 CM ; H. max. sans socle : 11,2 CM ; l. max. sans socle : 11,5 cm ; ép. max. 2,1 cm. Socle de base carrée : H. max. 7 CM ; prof. 12, 1 CM ; l. 12,7 CM.

Co. 904

Commentaire

Etat de conservation

Bon état de conservation, à l’exception de quelques zones érodées.

Description

L’œuvre représente une déesse lionne en bas-relief reposant sur un socle. Seul le buste de la déesse est visible. Il est toutefois possible de déterminer qu’elle était léontocéphale, mais à corps humain, puisque l’on peut apercevoir le départ de son épaule gauche.

La forme du relief est cintrée sur le dessus, arrondie en haut à gauche mais à angle plus droit à droite. Le contour suit environ le contour de la gueule de la lionne sur 1 cm de largeur sauf dans cette partie droite. Le dessous de l’objet est relativement plat.

La lionne regarde vers la droite, tandis que son épaule gauche est montrée de face, selon les canons classiques de l’iconographie égyptienne. La gueule de l’animal est représentée dans un modelé délicat. L’œil est bien marqué par un ovale. Le museau est juste incisé et un trait marque la gueule, donnant à l’animal un air figé.  Les poils de la crinière sont détaillés, l’oreille en revanche est juste marquée par un demi-cercle. L’un des pans de sa perruque descend près de son épaule droite. Son cou est orné d’un collier-ousekh.

Dans la partie supérieure du relief, au-dessus de la tête de la déesse, trois lignes sont gravées qui devaient servir au sculpteur pour définir les proportions de ce bas-relief. Sous le cou de la déesse, des lignes sont peintes en ocre rouge.

L’arrière du relief n’est pas lisse, puisque l’on peut observer de nombreuses traces de coulées, qui montrent bien que l’objet a été moulé.

 

M.C. Edgar (EDGAR 1906, p. 60-61) a attribué ce type de reliefs comme des représentations de la déesse lionne Bastet. Aucun nom n’apparaissant à côté de ces figures léonines, il pourrait toutefois aussi s’agir de l’autre divinité lionne très présente dans le panthéon égyptien et dans l’iconographie, à savoir Sekhmet (YOYOTTE, VERNUS 2005, p. 162-164), et moins probablement de Matyt ou de Méhyt.

 

Œuvres associées

Aucun autre modèle de sculpteur dans la collection du musée Rodin ne représente une déesse lionne en relief. On notera toutefois l’existence de deux modèles représentant des lions en ronde-bosse : Co 837 et Co. 898 (ce dernier sous la forme d’un lion-gargouille).

Plusieurs autres modèles de sculpteur représentant une déesse lionne sont attestés. La déesse est toujours figurée regardant vers la droite, mais il s’agit généralement d’une plaque rectangulaire (EDGAR 1906, p. 60-61, pl. XXVIII, n° 33.421, 33.422, 33. 423 ; TOMOUM 2005, p. 232-233, pl. 66, n° 125-126). Il faut également souligner que ces reliefs sont généralement taillés dans le calcaire et non en terre cuite, comme au musée Rodin.

L’œuvre qui se rapproche le plus de Co. 904 est un objet conservé au musée de l’Hermitage (inv. 1106 ; http://www.globalegyptianmuseum.org/record.aspx?id=12830). Toutefois, elle s’en distingue car la lionne est figurée jusqu’en-dessous de la poitrine et que ses deux bras sont visibles.

Inscription

Anépigraphe.

Historique

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

Boreux 1913, Meudon, Atelier de peinture, vitrine 4, 305, tête de lionne sculptée en demi-relief sur un fragment de grès modèle de sculpteur. 12 cent. sur 11 1/2. Estimée quatre vingt francs.

Donation de Rodin à l'État français en 1916.

Commentaire historique

En 1913, l'oeuvre était exposée dans à Meudon, dans une vitrine de l'atelier de peinture. Elle figure encore à cet emplacement, dans la vitrine la plus à gauche, sur la première étagère en partant du bas, sur une photographie prise vers 1917 (musée Rodin, Ph. 4099) et reproduite dans l'ouvrage de Judith Cladel, Rodin, sa vie glorieuse, sa vie inconnue, publié en 1936.

< Retour à la collection