Harpocrate - plaque

Égypte > provenance inconnue

Basse Époque à époque Hellénistique et romaine

[VOIR CHRONOLOGIE]

H. 9,7 CM ; L. 3,8 CM ; P. 1,5 CM

Calcaire

Co. 5610

Commentaire

Etat de conservation

L’œuvre est en assez bon état de conservation. Bien que l’objet soit presque complet (à l’exception d’une petite cassure en partie haute), la pierre est très émoussée et on observe de nombreuses traces d’impact à la surface.

Description

Cette petite plaque en calcaire à l’effigie du dieu Harpocrate reproduit, en format miniature, un type de stèle magique connu sous le nom de « stèle d’Horus-sur-les-crocodiles ». Le dieu-enfant s’y tient, en effet, nu et debout sur deux crocodiles entrelacés, en même temps qu’il tient dans chaque main des serpents. Au-dessus de lui se trouve une large représentation de la tête du dieu Bès, génie protecteur chargé de faire fuir les mauvais esprits. La facture, en partie à cause de la petite taille de l’objet, est grossière ; aucun détail ne semble avoir été sculpté, à l’exception des mèches de la barbe de Bès, et la pierre est, de plus, assez érodée.

 

Il s’agit ici d’une représentation classique d’Hor-pa-khered, transcrit en grec par « Harpocrate », ce qui signifie « Horus-le-jeune-enfant ». C’est par ce nom que l’on désigne, à partir de la fin du Nouvel Empire, Horus dans son aspect d’enfant, né de l’union d’Isis avec le défunt Osiris, pour le distinguer d’une autre forme, apparaissant dans des mythes différents, et dite « Horus l’Ancien ». On reconnaît bien ici le fait qu’il s’agit d’Harpocrate à la mèche torsadée qui retombe sur le côté droit de son visage, et qui sert à caractériser l’enfance en Égypte ancienne. Le dieu enfant est élevé par sa mère Isis dans les marais de Chemnis, à l’abri de son oncle Seth, responsable du meurtre d’Osiris qu’Horus devra chercher à venger. Dès la XXIe dynastie, Harpocrate endosse un rôle de plus en plus important dans le panthéon égyptien et finit par englober les formes juvéniles, non seulement d’Horus, mais également d’autres divinités. Il incarne ainsi le jeune soleil du matin, est assimilé à Nepri et à Min en tant que divinité liée à la fertilité, et personnifie l’héritier divin devant succéder à son père, ce qui réactive le lien qui l’unit à l’Horus de Nekhen ou « Horus l’Ancien », prototype de la monarchie égyptienne.

 

Du fait d’un mythe où la magie de sa mère guérit Harpocrate d’une piqûre de scorpion, le dieu-enfant s’assimile également à Shed, dieu sauveur d’origine asiatique, aux vertus apotropaïques notamment face aux animaux dangereux et venimeux. C’est dans ce cadre que l’on voit graduellement apparaître l’image d’Harpocrate sur des amulettes ou des ex-voto qui représentaient habituellement Shed maîtrisant divers animaux sauvages, à partir de la XIXe dynastie (par exemple l’amulette Musée du Caire inv.no. CG 9427, cf. Daressy 1903, pl. X). De la Troisième Période intermédiaire à la fin de l’époque ptolémaïque, une multitude de stèles représentent le jeune Horus dans cette posture : piétinant des crocodiles et enserrant des serpents, voire parfois des animaux comme l’oryx, associés à Seth dieu des déserts.

 

Quant à Bès, qui surplombe la scène, souvent considéré comme un dieu, il est plutôt considéré comme une divinité secondaire qui fait partie des génies protecteurs du foyer. Il est même régulièrement désigné comme le « Combattant ». Ses représentations sont attestées dès le Moyen Empire et il acquiert une immense popularité au Nouvel Empire et pendant l’ensemble du Ier millénaire avant notre ère. Il peut, de plus, se confondre avec toute une série d’autres génies comme Aha ou Hity. Prenant la forme d’un nain aux jambes arquées, Bès est également affublé de longs bras, d’épais sourcils, d’un visage joufflu et barbu, et très souvent d’une couronne de plumes d’autruches. Au Nouvel Empire, il porte fréquemment une peau de léopard. Assistant magique de la déesse Hathor, il joue un rôle important dans le « mythe de la déesse lointaine » (cf. INCONNU-BOCQUILLON, 2001), où il est chargé d’escorter Hathor durant son retour en Égypte en lui jouant de la musique. Il incarne ainsi les aspects violents et défensifs de la déesse, décourageant ses ennemis de s’en prendre à ses adorateurs. Si le nain possède une parèdre, Beset, il est enfin également souvent lié à la déesse Taouret/Thouéris qui, comme lui, joue un rôle apotropaïque, notamment dans la protection des naissances et de la petite enfance. Figure protectrice du foyer, la sexualité est également un aspect important de ses attributions, tandis que son corps grassouillet évoque l’abondance. Il est donc une figure particulièrement importante dans l’univers familial et notamment pour la femme et l’enfant.

 

Une des caractéristiques principales de l’iconographie de Bès réside également dans le fait que le génie est presque toujours représenté de face : cette particularité a été rapprochée d’autres figures grotesques toujours représentées de face dans des cultures dont l’art met principalement en jeu des personnages vus de profil. On pense notamment à la Gorgone, qui orne les frontons de temples grecs à la période archaïque, et qui, comme Bès, possède à la fois un visage grimaçant et monstrueux et des fonctions apotropaïques qui semblent aller de pair avec leur aspect repoussant (FRONTISI-DUCROUX 1995 ; VOLOKHINE 2000). Cet aspect apotropaïque de Bès, notamment dans la défense des enfants, justifie son association à Harpocrate sur les stèles du type « Horus-sur-les-crocodiles », grandeur nature ou dans leurs version miniature comme ici. L’alliance des deux divinités permet ainsi d’augmenter le pouvoir de neutralisation des mauvais esprits. Il a été proposé que ce type de stèle, produit uniquement entre la Troisième Période intermédiaire et l’époque hellénistique, était peut-être employé dans des pratiques médico-magiques, bien attestées à cette époque notamment par les sources papyrologiques. Il est dit, par exemple, qu’on faisait ruisseler de l’eau sur le relief. Celle-ci était censée s’imprégner des textes et des images magiques, ainsi de des propriétés protectrices de la stèle, avant d’être bue. De nombreuses plaques de petites dimensions, similaires à celle de la collection Rodin, sont conservées dans divers musées, au John Hopkins Archaeological Museum (inv.no. 2231D) ou encore au Brooklyn Museum (inv.no. 60.73). De telles miniatures sont sans doute à considérer comme des ex-voto ou des amulettes servant à invoquer le pouvoir d’Harpocrate au service du porteur, en étant suspendues sur le corps, disposées dans la maison ou tenues à la main dans le cadre d’éventuelles pratiques magiques. Dans un examen récent de ces artefacts, Jane Draycott a notamment proposé qu’ils aient pu être portés par des voyageurs et pèlerins lors de longues expéditions hors de la Vallée (Draycott 2011).

Inscription

Anépigraphe.

< Retour à la collection