Relief

Fragment d'inscription

Egypte > provenance inconnue

Nouvel Empire

[VOIR CHRONOLOGIE]

H. 10,5 CM : L. 15,7 CM

Calcaire polychrome

Co. 3410

Commentaire

Etat de conservation

L’œuvre est en mauvais état de conservation. Toutes les tranches correspondent à des cassures. Ce fragment de relief est brisé en plusieurs morceaux, recollés et insérés à l’époque moderne dans un cadre de plâtre peint de couleur marron foncé (imitation bois). La pierre est saine. On constate la présence d’épaufrures et de quelques écaillages de peinture. Les couches picturales sont très lacunaires.

Description

Ce fragment de relief en calcaire a conservé l’image d’un buste féminin, tourné vers la gauche. L’ensemble est sculpté en très légère saillie sur le fond et le relief est polychromé.

 

Conservée jusqu’au niveau du buste, la figure féminine est habillée d’un vêtement enveloppant. Elle porte une perruque tripartite, ceinte d’un bandeau ocre rouge noué à l’arrière du crâne. Les yeux en amande, très étirés et cerclés d’un trait de fard, sont placés en oblique. Sous un petit nez délicatement modelé, les lèvres sont charnues. Ce qui est conservé de sa silhouette suggère une attitude raide, statique. Derrière la figure féminine, un motif également fragmentaire est difficilement identifiable. On est tenté d’y reconnaître un sceptre-ouas, bien qu’il soit difficile de le confirmer.

 

La surface a été recouverte d’un enduit blanc, très fin. Le décor a été peint sur cette sous-couche, encore bien visible. Les restes de polychromie (très lacunaire) attestent de la finesse des couches picturales. Différentes teintes sont visibles. Le fond est ocre jaune, couleur obtenue avec de l’arsenic sous forme d’orpiment (pré-rapport de Sandrine PAGES-CAMAGNA (C2RMF) de 2012). Une ligne fine, tracée en couleur ocre rouge, marque les contours. Elle est conservée sur le profil du visage, les contours de l’oreille et le vêtement. Les carnations de la figure féminine sont ocre jaune, où l’analyse des pigments en 2012 a détecté un mélange terreux. Les yeux et les cheveux étaient originellement bleu-noirs. Le bandeau, qui se détache nettement sur la chevelure, est ocre rouge.

 

Il serait possible d’interpréter le décor de ce relief comme étant le fragment d’une inscription. La forme du corps féminin, d’après notamment l’aspect rectiligne de la poitrine, semble s’associer avec le signe hiéroglyphique de la femme assise (Sign List de Gardiner N° B2). Néanmoins, les dimensions sont conséquentes et suggèreraient un signe provenant d’une inscription monumentale, placée dans un sanctuaire. Le style se rapproche du Nouvel Empire, yeux et traits du visage des alentours du règne d’Amenhotep III.

 

Pour comparaison, deux autres reliefs de la collection égyptienne du musée Rodin –tous deux en grès-, correspondent à des fragments d’inscription monumentale de la même période, les Co. 3406 et Co. 3183.

 

 

Inscription

Indéchiffrable. 

< Retour à la collection