Étui à Khôl

Égypte > provenance inconnue

Nouvel Empire, probablement

[VOIR CHRONOLOGIE]

H. 7,5 CM : L. 2,6 CM; P. 4,1 CM

Calcaire polychrome

Co. 2733

Commentaire

Etat de conservation

L’œuvre est en bon état de conservation. La figurine présente une fissure sur son côté gauche, traversant l’objet de haut en bas, de la main du personnage jusqu’à son pied. Une fissure similaire se situe à l’avant du pot et le traverse également dans le sens de la hauteur. Une troisième se trouve sous la jambe droite du personnage.

Description

Ce pot à onguent adopte la forme d’une haute jarre ou barril posé sur une base, qu’enserre une femme accroupie. Quelques traces de polychromie subsistent, avec du pigment ocre rouge sur les mains et le visage du personnage. Des restes d’une pâte blanche sont également présents dans les creux du relief en plusieurs endroits de l’objet.

 

Le personnage féminin est nu, paré seulement d’une ceinture composée de perles ou d’éléments rectangulaires. La coiffure, très élaborée, est composée de deux grosses mèches tressées séparées par une large raie, et, à l’arrière du crâne, d’une double natte supplémentaire, s’échappant d’une importante masse de cheveux ondulés. Cette coiffure trouve son origine à la Deuxième Période Intermédiaire, où le crâne est laissé nu entre les mèches, et évolue vers une chevelure plus fournie au cours du Nouvel Empire. La coiffure est parfois dotée d’une frange (FISCHER, 1974, p.121, figs. 10-11; PINCHE, 1993, p. 211; SIMPSON, 1974, pl.21, 65 et 76). Ce style capillaire est surtout réservé aux jeunes filles tout juste pubères. Les traits du visage sont incisés assez grossièrement, avec de larges yeux presque globuleux, un nez et une bouche épais, et des sourcils arqués et fins.

 

Ce petit pot était manifestement destiné à recevoir un khôl . La présence de deux perforations en haut du récipient permettait même de le suspendre. Les pots et autres récipients à cosmétiques égyptiens sont régulièrement réalisés à l’effigie d’animaux (voir par exemple l’œuvre Co. 5784, ou le singe au pot à onguent du Metropolian Museum of Art inv.no.1989.281.101), de divinités ou de génies (pot à onguent à l’effigie de Bès conservé au musée de Cleveland sous le numéro d’inventaire 1995.13), mais également de personnage féminins comme c’est le cas ici. Dans l’univers des accessoires cosmétiques égyptiens, dont la production explose à partir du début du Nouvel Empire, les personnages féminins sont particulièrement populaires. Ces instruments de toilette vont des étuits à khôl, comme celui-ci, jusqu’aux manches de miroir en passant par les célèbres « cuillers à la nageuse », dont l’œuvre inv.no. 26.2.47 du Metropolitan Museum of Art de New York constitue l’un des plus beaux exemples. Divers autres objets montrent pareillement des jeunes filles danseuses ou musiciennes, représentées jeunes, conformes aux canons de beauté de l’époque, et nues ou vêtues d’une simple ceinture, comme celle conservée au Petrie Museum, ou encore les deux exemplaires en bois du Louvre inv.no. N1748 et E218.

 

Les spécialistes ont relevé deux raisons principales pour cette association préférentielle à des représentations érotisantes : d’une part, l’existence d’un atelier de cour favorisant ces thématiques parce qu’elles reflètent une réalité des lieux de villégiature royaux, notamment le harem de Gourob, où de nombreux exemplaires ont été retrouvés (Bulté 2012 p. 210-211). On peut penser à diverses attestations littéraires de ce type d’activité alliant plaisirs aquatiques (pêche, promenades en barque) et bonne compagnie, comme dans le « Conte des Rameuses », relaté dans le papyrus Westcar, datant de la même période que l’occupation de Gourob et qu’une grande partie de la production de réceptacles cosmétiques de luxe. D’autre part, il semblerait qu’une partie de ces objets ait pu être offerte comme « cadeaux de Nouvel An », voire comme matériel à vocation strictement funéraire, n’ayant jamais servi ; c’est l’interprétation que propose Jan Quaegebeur pour une imposante statuette de barque en albâtre, retrouvée dans la tombe de Toutankhamon, qui met en scène une jeune femme et une naine nues et richement parées sur une barque de plaisance ornée de bouquetins (Quaegebeur 1999). Ces animaux sont eux aussi symboles de réjuvénation et de regénérescence dans la culture égyptienne, un élément qui s’accorde tout à la fois avec la connotation érotique des jeunes femmes, la date du Nouvel An (placé lors de la crue du Nil) et la fonction embellissante et rajeunissante des cosmétiques.

 

À partir du Moyen Empire, le kôhl est conservé dans des petits pots globulaires, généralement désignés sous l’appellation « vases à kôhl », et dont le plus célèbre porte les noms du pharaon Amenhotep III et la reine Tiyi (Louvre inv.no. E.4877). À partir du Nouvel Empire, bien que les vases ne disparaissent pas totalement, le kôhl est plutôt stocké dans des tubes en bois, en faïence, en verre et plus rarement en pierre. Cette nouvelle forme semble apparaître sous le règne de Thoutmosis III, peut-être sous influence asiatique (Louvre inv.no. E208). Sous le règne d’Amenhotep III, ces tubes peuvent prendre la forme du dieu Bès (Louvre inv.no. N1339A) ou servir de support à un décor (Louvre inv.no. E7985 et E18796), comme cela est le cas pour l’objet Co. 2733 du musée Rodin. Un stylet, parfois découvert en même temps que l’étui, permettait l’application du maquillage.

Inscription

Anépigraphe.

Historique

Ancien numéro d’inventaire DRE 176. L’ancien numéro d’inventaire est inscrit au stylo bleu, au revers. Une étiquette Bristol rectangulaire était attachée à la figurine. Sur l’étiquette figurait le numéro 176 inscrit au stylo à bille bleu.

< Retour à la collection