perle

Egypte > provenance inconnue

 Nouvel Empire à postérieur

[VOIR CHRONOLOGIE]

Terre cuite polychrome

H. 4,1 CM; L. 2,3 CM; P. 1,5 CM

Co. 6318

Comment

State of preservation

L'œuvre est en mauvais état de conservation. Beaucoup d’éclats et d’éraflures sont présents sur l’ensemble de l’objet. Il est très empoussiéré et des concrétions ocre clair sont observables dans les plis.

Description

Cet objet a été réalisé en terre cuite rouge. Il est de forme ovoïde et présente en son revers, dans le sens de la longueur, une incision profonde. En surface, chacune de ses extrémités est ceinte d’une marque blanchâtre et des traces de pigments noirs sont visibles sur l’ensemble de l’objet. Le numéro d’inventaire actuel est inscrit à l’encre blanche sur pellicule isolante, sur un des bords de l’incision.


Cette petite pièce pourrait être identifiée comme un élément de parure plutôt qu’à un moule dévolu à la confection d’un petit objet. Il s’agirait peut-être d’une perle à destination funéraire, le système de suspension réalisé avec une perforation ouverte rendant son usage domestique improbable. On peut envisager qu’il s’agit d’une perle de cheveux, ornement fréquent des perruques égyptiennes. La plupart des perles égyptiennes réalisées en terre cuite étaient moulées. C’est le cas de la perle Co. 6318, aux finitions rustiques. Les traces blanchâtres, visibles dans les replis et ceignant les extrémités, seraient les traces d’une engobe préparatoire qui recouvrait à l’origine toute la surface. La perle aurait été rehaussée d’un décor peint en noir, dont les pigments ont été conservés à plusieurs endroits.


Composée d’un élément arrondi central, encadré de deux éléments arrondis plus petits, la forme tripartite de l’objet évoque celle d’un coquillage dont l’espèce est à l’heure actuelle indéterminée. L’image ne correspond en effet pas à celle d’un cauri, particulièrement représenté dans l’iconographie et l’orfèvrerie égyptienne depuis les débuts de la période historique. Par comparaison avec une amulette en faïence bleue trouvée à Hélouan (in KÖHLER 2018, fig. 27 p. 45), il faudrait plutôt y voir une amulette, en forme de symbole du dieu Min. De ce dieu de la fertilité égyptienne, seigneur de Coptos et d'Akhmîm, le musée conserve des reliefs provenant de la salle de Pount de son temple à Athribis-Wannîna, ainsi qu'une figurine d'Amon-Min-Kamoutef en bois (Inv. N° Co. 2451 / Co. 6254).

 

La collection égyptienne du musée égyptien ne possède pas d’autre objet similaire.

Un autre perle de même matériau et de même forme est conservée à l’Egypt Center de Swansea sous le numéro d’inventaire AB108.

Inscription

Anépigraphe. 

< Back to collection