Amulette

Yeux oudjat multiples

Provenance > Égypte ?
Datation > Troisième Période intermédiaire 
H. 1,4 cm ; L. 3,6 cm ; P. 3,9 cm
Faïence siliceuse probablement ;  socle moderne en marbre rose de Carrare
Co. 2388
 

Comment

State of preservation

L’amulette est fortement érodée et encrassée. Des restes de polychromie sont encore visibles. L’objet a été fixé sur un socle en marbre de Carrare à l’époque moderne, ce qui ne permet pas de visualiser sa seconde face.

Description

Cette amulette de forme circulaire est décorée de multiples yeux, vus de face et en léger relief. 
La surface du recto est entièrement occupée par un décor composé en deux parties symétriques, de part et d’autre d’une ligne centrale. De chaque côté, dans trois colonnes, quatre yeux sont superposés. Néanmoins, afin de s’adapter à la forme de l’objet et de préserver l’harmonie de l’ensemble, l’une des colonnes ne comporte que trois yeux-oudjat au lieu de quatre. Au total, le recto de l’amulette comporte donc vingt-trois yeux. L’objet est perforé dans sa longueur, un orifice qui devait permettre d’y glisser un lien. 
 
L’Œil-oudjat (wḏȝ.t), aussi appelé « Œil d’Horus », représente un œil humain, prolongé d’une extension reproduisant les caractéristiques de l’œil d’un faucon, animal du dieu Horus. Il correspond à l’œil gauche du dieu Horus, qui fut arraché par son oncle Seth au cours d’un combat et rétabli par sa mère Isis. C’est également cet œil qu’Horus offrit à son père décédé, Osiris, le ramenant à la vie. Cet œil gauche, lunaire, est le pendant de l’œil droit, associé au soleil.
L’œil d’Horus est aussi présent dans l’univers des vivants que celui des morts. Pour les vivants, il est employé comme un bijou prophylactique, préservant des maladies. Pour les morts, des amulettes étaient placées dans les bandelettes de la momie, le plus souvent au niveau de la poitrine afin de protéger le défunt dans l’au-delà. Ce pouvoir de protection explique la popularité de cette amulette – apparue pour la première fois à l’Ancien Empire – jusqu’à l’époque romaine.
Les petits objets représentant l’œil-oudjat se rencontrent dans le bassin méditerranéen, notamment en Italie et sur les côtes espagnoles. Ils sont produits en plusieurs matériaux : granite, cornaline, lapis-lazuli, stéatite, faïence, or, argent ou bronze. En Égypte, les amulettes de l’œil-oudjat sont très nombreuses entre le Nouvel Empire et la Basse Époque.
 
 
Au sein du groupe des amulettes d’œil-oudjat, certaines présentent plusieurs yeux vus de face regroupés, en paire (UC 3840), par trois (UC 38405 ; UC 38406UC 38407 ; UC 38408) ou quatre (LACMA 50.4.6.9), mais aussi rassemblés sur plusieurs rangs au sein dans un jeton en faïence (UC 38404). Néanmoins, ces objets sont tous produits sur des plaques en faïence, contrairement à l’objet Co. 2388 qui apparaît bombé.
 
Plusieurs amulettes similaires à l’objet Co. 2388 sont conservées dans les musées (Louvre E 11850) ou des collections privées. Sur ces exemplaires en relief, non fixés sur des socles modernes, les revers sont décorés d’un œil oudjat incisé. Ces objets bien spécifiques sont généralement datées de la Troisième Période intermédiaire.
 

Inscription

Anépigraphe

Historic

Sans

< Back to collection