Roi Ptolémée III Évergète I

Égypte > provenance inconnue

Époque hellénistique et romaine > Ptolémées > Ptolémée III Évergète Ier (246-222 av. J.-C.)

[voir chronologie]

Calcaire ; badigeon

H. 85 CM : L. 32,3 CM : P. 39,1 CM

CO. 1414

Comment

State of preservation

La statue est fragmentaire et son état de conservation est moyen. La tête, les bras, les jambiers inférieurs (sous le pagne) et l’extrémité de la languette centrale du pagne manquent. En outre, la surface de la pierre présente de nombreux éclats, de tailles variables, notamment au niveau de la poitrine et du pilier dorsal : les colonnes d’inscriptions ont beaucoup souffert (la colonne de droite est particulièrement lacunaire). Certaines cavités dans la pierre correspondent à la perte d’inclusions de fossiles. L’épiderme montre également de multiples épaufrures.

 

La statue présente une coloration générale jaunâtre, due à la fois à la couleur du calcaire et à la terre d’enfouissement. Les traces d’un badigeon ocré subsistent dans les plis du pagne. 

Description

La statue représentait à l’origine le roi Ptolémée III Évergète Ier grandeur nature. Le souverain se tient debout, dans l’attitude traditionnelle de la marche, c'est-à-dire la jambe gauche en avant. Les parties subsistantes des attaches des bras indiquent qu’ils étaient plaqués le long du corps, les poings fermés ou serrés sur quelque objet. Le roi est vêtu d’un pagne-chendjyt court et moulant, aux plis fins, resserrés et réguliers, dont le pan gauche est croisé sur le droit ; il est maintenu à la taille par une ceinture simple non décorée figurée en relief.

À la base du cou, une longue empreinte de forme rectangulaire révèle que le souverain devait être pourvu d’une barbe postiche, à moins qu’il ne s’agisse d’un pendentif. En effet, d’après Christophe Thiers, le souverain portait peut-être autour du cou une figurine de la déesse Maât, soulignant ainsi sa qualité de juge suprême (THIERS, 1998, p. 259 ; l’auteur croit déceler les traces de la plume qui orne habituellement la tête de la divinité). L’absence de retombées du némès sur la poitrine indique que le roi portait un autre type de coiffe. Il s’agit d’une des rares statues royales ptolémaïques à ne pas être coiffée du némès (STANWICK, 2000, p. 193-194 ; pour les différentes coiffes et couronnes portées par les statues royales d’époque lagide, cf. STANWICK, 2000, p. 110-114).

 

La silhouette est svelte. Sur le torse, on constate à la fois une bipartition verticale et une tripartition horizontale assez subtiles, permettant de mettre en évidence une musculature bien présente mais discrète. Le torse est étroit et élancé, avec des pectoraux haut placés, ce qui permet au thorax d’être plus allongé qu’aux périodes précédentes. Les pectoraux sont fermes, sans être exagérément musclés, et arrondis ; ils constituent un premier renflement dans la tripartition horizontale. En-dessous, un second renflement marque la partie inférieure de la cage thoracique. Le ventre, troisième élément de la tripartition, est rond et délicatement bombé. Le nombril s’inscrit dans le creux d’une dépression en forme de goutte qui accentue la profondeur de l’orifice ombilical et prend place dans le prolongement de la ligne blanche abdominale qui marque la bipartition verticale.

La taille n’est que légèrement cintrée, ce qui a deux conséquences : d’une part, la ligne de la silhouette n’est pas cassée, le passage du buste aux hanches est fluide et, d’autre part, la démarcation entre le thorax et l’abdomen est un peu atténuée. La vue de profil nous permet de signaler un fessier rebondi, une singularité propre aux statues d’époque lagide, tant chez les souverains que chez les particuliers (PERDU, 2012, p. 98).

 

Le souverain est adossé à un profond pilier dorsal de part et d’autre duquel son corps est visible. On constate un traitement doux des chairs du dos et une taille légèrement cintrée, comme sur la face antérieure. La ceinture est marquée et les plis du pagne sont finement sculptés.

 

À l’heure actuelle, il s’agit de la seule statue royale attribuable avec certitude à Ptolémée III Évergète Ier (THIERS, 1998, p. 263-264, n. 11). Le traitement des pectoraux et du ventre, ronds et légèrement proéminents, s’inscrit dans la lignée de la statuaire de son prédécesseur, Ptolémée II Philadelphe (comparer en particulier avec la statue du Musée grégorien égyptien du Vatican, inv. 22681 : BOTTI, ROMANELLI, 1951, p. 24-25, 137, pl. XXII-XXIII, n°32 ; STANWICK, 2000, p. 73, 189-191, 194, 334-336, pl. 1, n°A3). Si le traitement des chairs est proche de celui de l’époque de Ptolémée II, il s’inscrit également dans la lignée de la tradition artistique de la XXXe dynastie, elle-même fortement influencée par la production statuaire de l’époque saïte (XXVIe dynastie), suivant le courant néo-archaïque qui a cours chez les derniers souverains indigènes d’Égypte (PERDU, 2012, p. 196 et 198). Ainsi, on retrouve dans le fragment de statue du musée Rodin une certaine ressemblance avec le torse de Nectanébo Ier, conservé au musée grégorien égyptien du Vatican (inv. 13 : BOTTI, ROMANELLI, 1951, p. 10-11, pl. XII, n°21), mais dont il se dégage plus de puissance du fait d’un traitement plus accentué des volumes. Plus proche encore est le modelé d’un autre torse de Nectanébo Ier, lui aussi dans les collections du musée Rodin (Co. 1420).

On retrouve aussi dans la statue du musée Rodin l’attitude, le vêtement et le mélange de bipartition et tripartition mis à l’honneur dans la statuaire saïte.

 

Selon Christophe Thiers, cette statue était dédiée au culte du souverain lagide dont étaient en charge les prêtres de la 5e phylé, instituée par le synode de Canope (THIERS, 1998, p. 263 ; sur le décret de Canope et le culte dynastique lagide, voir la traduction et le commentaire de la stèle du Musée du Caire CG 22186 proposés par le Projet Rosette). Nous ignorons cependant la localisation du lieu de culte d’où provient la statue du musée Rodin. 

Inscription

Le pilier dorsal est gravé de trois colonnes d’inscriptions hiéroglyphiques en creux divisées par des lignes de séparation ; la lecture s’effectue de droite à gauche.

Le protocole royal partiellement conservé dans la première colonne de texte (noms d’Horus, de Nebty et d’Horus d’Or) permet d’attribuer avec certitude la statue à Ptolémée III Évergète Ier (THIERS, 1998, p. 259). Les sections manquantes ont pu être restituées grâce à de nombreux parallèles.

Le reste du texte consiste en formules d’eulogie qui insistent sur la prédestination royale. En effet, le texte mentionne le roi en ces termes : « conscient alors qu’il était dans la matrice, (avant qu’)il ne sortît de l’œuf, (le) Shaï s’est distingué sur sa brique de naissance, élu du dieu qui ne fait qu’un avec l’infini ». L’association voire l’assimilation des souverains lagides puis romains au dieu Shaï semble être une innovation de son règne (QUAEGEBEUR, 1975, p. 111, 114-115 ; THIERS, 1998, p. 263). Nous pouvons noter que l’écriture du nom du dieu Shaï à l’aide du seul signe de la pustule fait partie des « graphies exceptionnelles », suivant l’inventaire établi par Jan Quaegebeur (QUAEGEBEUR, 1975, p. 277, L3).

La fin de la troisième colonne (« Horus vaillant, protecteur dans les sanctuaires, dont la statue est consacrée lors [des fêtes…] ») mentionnait peut-être le temple de la ville où était célébré le culte au pharaon Ptolémée III Évergète Ier  et d’où provenait la statue du musée Rodin. 

Historic

Acquise par Rodin en août-septembre 1912 (achat en vente privée) chez Joseph Altounian, antiquaire au 10 rue Saint-Lazare à Paris. Facture de 2500 Fr. établie par Joseph Altounian pour l’achat de cette statue, expédiée en « caisse n° 7 ».

 

Inventaire Boreux 1913 : Hôtel Biron, DRE 79 « Torse d’un roi dont le buste est nu. Le bas du corps est vêtu de [schéma du pagne] retenu autour de la taille par une ceinture. La tête, les bras et les jambes manquent. Pilier dorsal portant une inscription de 3 lignes. Calcaire compacte. Haut : 85 centim. Bien que ce morceau soit très abîmé, les modelés en sont très intéressants. (Estimé à) 1800 Fr. »

 

Donation Rodin à l’État français 1916

Historic comment

La provenance de ce fragment de statue royale est inconnue. Cependant, nous savons que Joseph Altounian qui, à partir de 1910, acheta des antiquités en Égypte pour le compte de Rodin, a parcouru d’importants chantiers de fouilles à travers la Haute-Égypte : Philae, Éléphantine, Deir el-Bahari, Abydos, Héracléopolis, Memphis et Saqqarah.

Back to collection >